L’histoire de nos vignerons en cote roannaise

Quand débute l’histoire du vin en Côte Roannaise dans notre pays? Quelles sont les grandes étapes du développement de la vigne à travers l’histoire de France ? Quelles sont les évolutions de ce vignoble ? La qualité des vins rouges, rosés et blancs au fil de l’histoire ! Quelle est le lien entre la qualité des vins de la côte Roannaise et l’essor du vin bio ?
Et les vins en biodynamie dans tout ça ? Le vin nature est-il représenté ?

Le vignoble a certainement une origine gallo-romaine. Pourtant, la première source le mentionnant date de 970 sur la commune de Villerest. Son essor va se dérouler au Moyen Âge grâce aux ordres monastiques et aux seigneurs. Ce sont les bénédictins d’Ambierle et les comtes du Forez qui participent également à son expansion.

Par la suite, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le commerce du vin se développe en direction de Paris et de Nantes grâce au fleuve, la Loire. Le vin sera exclusivement transporté par bateau. Puis XIXe et XXe siècles, les grands vignobles du midi de la France vont concurrencer le roannais. Le phylloxera achèvera son expansion! Le vignoble va se concentrer autour de Roanne et ainsi voir renaître des terroirs de belle qualité. Les sols, le terroir, l’exposition, le développement de la biodynamie et la conversion en bio de la production vont concourir à un seul but : La qualité.

Des vins de qualité vont permettre d’obtenir le label VDQS en 1955, malgré une grande production déclarée en vin de table. Vers 1980, la plupart des vignerons s’orientent vers la qualité comme dans beaucoup d’autres régions. L’AOC en côte Roannaise apparaît en 1994.

Le vignoble des vins de la Côte Roannaise est situé sur des coteaux surplombants la Loire et formants les premiers contreforts du Massif Central. La Côte Roannaise est un des vignobles du Val de Loire le plus méridional. Le vignoble de la Côte Roannaise est très confidentiel, avec seulement un peu plus de 215 hectares de vignes plantées sur les meilleurs coteaux. L’altitude est d’environ 400 à 500 mètres d’altitude, procurant une belle fraîcheur aux vins de couleur rouge rosé et blanc.

Quatorze communes sont classées en AOC côte Roannaise. Nous pourrons citer : La Pacaudière, Le Crozet, Changy, Ambierle, Saint-Haon-le-Vieux, Saint-Haon-le-Vieux, Renaison, Saint-André- d’Apchon, Saint-Alban-les-Eaux, Lentigny, Villemontais, Villerest, Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire et Bully.

Les sols de la Côte Roannaise sont sableux d’origine granitique. Le cépage typique de l’appellation: le Gamay Saint-Romain reste le cépage emblématique du vignoble Roannais. La qualité et la particularité des vins de ce terroir ont permis leur classement en AOC Côte Roannaise, AOP Côte Roannaise, IGP, vins blancs de pays de l’Urfé.

Mais la Côte Roannaise, historiquement marquée par le Gamay, s’est également étendue à d’autres cépages, et notamment aux blancs, par la volonté d’évolution de nombreux vignerons. Les vignerons vont intégrer le cépage du Chardonnay Cette diversité permet au vignoble de dessiner une palette de vins très variée, reflet d’un terroir, d’un savoir-faire et d’une belle identité.

La curiosité des vignerons les pousse à planter d’autres cépages, généralement blancs comme le Chardonnay et le Viognier. Les vins avec le cépage Gamay procurent des vins gourmands. Ce sont des vins rouges typiques de la Côte Roannaise Leurs couleurs rubis, leurs arômes de fruits en font des crus gouleyants, francs, agréables. Des vendanges de vieilles vignes aux cuvaisons longues donnent des vins puissants poivrés harmonieux avec des tannins plus marqués.

Avec 15% de la production, les rosés de la Côte Roannaise sont à boire dans l’année. Ils ont une belle robe plutôt rose et un nez qui s’oriente vers les fruits rouges cerise. En bouche, ils marquent une belle fraîcheur. Les vins qui en sont issus sont classés en Vin de Pays d’Urfé. D’autres curiosités sont à découvrir comme les effervescents ou les vins moelleux.

La conversion vers le bio est désormais bien avancée. Plus de 50 % de la production du vin est bio en côte Roannaise. Le vigneron a compris l’intérêt de produire une culture saine. Les sols sont désormais au centre des préoccupations au même titre que la vigne. La production des vins rouges, rosés et blancs est constante et de qualité.

L’exposition, les hectares de vigne sur les coteaux, l’influence de la Loire, les sols ainsi que le savoir- faire des vignerons en cave, en cultures permettent d’aboutir à un excellent produit. Le travail du vigneron en cave et à la vigne reste précis, rigoureux. Nous allons vous citer les grands domaines et vignerons présent sur le vignoble :

Domaine Sérol, Les Vins de la MAdone, Domaine de la Paroisse, Les vignes Domaine des Pothiers, Les vignes de la Madone, Florent Thinon, domaine Vial, Domaine Bonnetton, Domaine Piat, Le Clos Saint Jean, Domaine du Fonetenay, Domaine de la Rochette, le Retour aux sources, Domaine Devaux, Domaine Lapandéry, cave Alain Baillon, Domaine de la Martinière, Domaine des Palais, Domaine des Ardaillons, Frédéric Villeneuve, François Lasseigne, Vincent Giraudon, Domaine Désormière, Pierre Gobet § Myriam Filleton, Domaine de la Benisson-Dieu.

En conclusion, le vignoble de la côte Roannaise a su conserver ses qualités tout au long de son histoire. Cette même histoire de France fut marquée par l’agriculture, la viticulture, les vignobles, la qualité des cultures, la production des vins, ainsi que la conversion des vins en bio. Le développement de la vigne dans cette région s’est réalisé au cours du temps. La qualité des vins fut croissante et les hectares de vignes à l’inverse ont diminués.

Nous pourrions même émettre une remarque ; “La qualité du vin en Côte Roanne est inversément proportionnel à la superficie du vignoble ! Le bio, la biodynamie et le vin nature sont remarquablement représentés.

L’appellation atteint ses lettres de noblesse ! Dans la région Auvergne Rhône Alpes, ce vignoble devient alors une enclave incontournable en matière de vins.